Une montre intelligente peut-elle détecter le retour de la circulation spontanée ?


  • Mary Corcoran
  • Univadis Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a examiné la question de savoir si un capteur de photopléthysmographie contenu dans une montre intelligente pouvait être utile pour détecter le retour de la circulation spontanée (RCS), chez les patients ayant subi un arrêt cardiaque. Il en ressort que les montres intelligentes ont la même sensibilité et une spécificité plus élevée pour reconnaître le RCS que la vérification du pouls manuelle lorsqu’elle est effectuée au niveau du poignet.

L’étude prospective a été menée sur 50 patients ayant subi un arrêt cardiaque en dehors de l’hôpital, qui s’étaient rendus au service des urgences d’un hôpital de soins tertiaires. 

Une assistance cardiaque avancée a été apportée immédiatement aux patients à leur arrivée à l’hôpital. Trois montres intelligentes ont été placées simultanément au niveau de l’artère carotide, du front et du poignet des patients, et ont été consultées pour obtenir les mesures du pouls toutes les deux minutes. Une palpation a été effectuée par un médecin urgentiste de l’équipe de réanimation cardiopulmonaire (RCP). 

Chez 14 patients (28 %), la circulation spontanée a été rétablie par RCP ; ils ont tous survécu.

L’étude a révélé que la sensibilité et la spécificité de la palpation manuelle étaient de 78,6 % et 90,4 % respectivement. Les montres intelligentes placées aux trois endroits ont démontré une sensibilité identique ou supérieure à la palpation manuelle. 

Les auteurs ont noté un certain nombre de limites à l’étude, notamment le fait qu’un seul modèle de montre intelligente (Galaxy Fit) ait été utilisé. Les résultats ont été publiés dans la revue BMJ Open