Une méta-analyse révèle les facteurs-patient qui affectent le dépistage du cancer du sein

  • Grimley CE & al.
  • Br J Health Psychol
  • 26 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le recours au dépistage du cancer du sein est associé au fait d’avoir souscrit une assurance maladie, à des bénéfices perçus plus importants et à une motivation à faire l’objet d’une mammographie, entre autres facteurs de santé, d’après cette méta-analyse de 65 études européennes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Étant donné que les deux tiers des cancers du sein sont auto-détectés, il est important de comprendre ce qui motive les patientes à faire l’objet d’un dépistage.
  • Si les cliniciens comprennent la santé de leurs patientes et leurs croyances en matière de santé concernant le dépistage, ils pourront s’appuyer sur des facteurs qui améliorent la probabilité qu’une patiente se fasse dépister.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 65 études européennes, identifiées après une recherche dans 5 bases de données (CINAHL, MEDLINE, PsycINFO, Scopus et ASSIA).
  • La différence moyenne standard (d) a été calculée pour la taille de l’effet et interprétée selon Cohen.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Un taux inférieur de participation au dépistage était associé aux facteurs suivants (d de Cohen) :
    • Ne jamais avoir fait l’objet d’un dépistage du cancer du col de l’utérus : -0,72 (P 
    • Obstacles à la mammographie perçus plus importants : -0,40 (P 
  • Un taux supérieur de participation au dépistage était associé aux facteurs suivants (d de Cohen) :
    • Avoir souscrit une assurance maladie privée : 0,49 (P 
    • Bénéfices perçus plus importants : 0,31 (P 
    • Motivation à faire l’objet d’une mammographie : 0,36 (P = 0,003).
    • Gravité perçue plus élevée : 0,24 (P = 0,019).
    • Susceptibilité au cancer du sein perçue plus importante : 0,20 (P = 0,024).
  • Un délai de présentation plus long était associé au fait de présenter un symptôme autre qu’une grosseur : d = 0,32 (P 

Limites

  • Hétérogénéité entre les études.