Une méta-analyse réfute l’efficacité d’un traitement à base de platine dans le cadre du cancer du sein triple négatif métastatique

  • Pandy JGP & al.
  • BMC Cancer
  • 8 nov. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une méta-analyse révèle qu’un traitement à base de platine (par ex., carboplatine ou cisplatine) n’est pas efficace dans le cadre du cancer du sein triple négatif métastatique (CSTNm), mais qu’il est efficace en traitement néoadjuvant du CSTN précoce (CSTNp).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que les recommandations thérapeutiques doivent être modifiées pour inclure le traitement à base de platine pour le CSTNp, mais pas pour le CSTNm.
  • D’autres essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur le CSTNm sont nécessaires.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 11 ECR (n = 2 946) identifiés après une recherche dans les bases de données PubMed, Embase et Cochrane, les bases de données d’essais cliniques et une recherche manuelle.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • En contexte néoadjuvant, un traitement à base de platine permettait d’obtenir une réponse complète pathologique (RCp) plus élevée (40,1 %, contre 27,7 % pour le traitement sans platine ; rapport de cotes [RC] : 1,75 ; IC à 95 % : 1,36–2,26 ; I2 = 40 %).
    • L’analyse des sous-groupes a révélé qu’un traitement combiné à base de platine et de taxane était encore plus efficace en termes de RCp (44,6 %, contre 27,8 % pour un traitement sans platine associé à un taxane ; RC : 2,10 ; IC à 95 % : 1,48–2,97).
  • En contexte métastatique, sur la base de 3 ECR (n = 531), un traitement à base de platine n’offrait aucun bénéfice de survie sans progression (SSP ; rapport de risque [RR] : 1,16 ; IC à 95 % : 0,90–1,49).

Limites

  • Faible nombre d’ECR et de participantes, en particulier pour le CSTNm.