Une méta-analyse ne découvre aucun lien cohérent entre les SGLT2i et les amputations

  • Heyward J & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une revue systématique/méta-analyse n’a montré aucune donnée probante cohérente concernant un lien entre l’exposition à des inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose de type 2 (sodium-glucose cotransporter 2 inhibitors, SGLT2i) et le risque accru d’amputation.

Pourquoi est-ce important ?

Protocole de l’étude

  • La méta-analyse a inclus 12 essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur 45 551 participants (25 593 ayant reçu un SGLT2i, 600 ayant reçu un traitement alternatif et 19 358 ayant reçu un placebo).
  • Financement : Monument Analytics.

Principaux résultats

  • Une méta-analyse à effets aléatoires de 7 ECR n’a suggéré aucune association statistiquement significative entre l’exposition à un SGLT2i et le risque accru d’amputation des membres inférieurs, avec des données probantes d’hétérogénéité statistique substantielle (rapport de risque : 1,28 ; IC à 95 % : 0,93–1,76 ; I2 = 62,0 % ; P = 0,12).
  • Une analyse à effets fixes a montré un risque accru, avec cependant, encore une fois, une hétérogénéité statistique (1,27 ; IC à 95 % : 1,09–1,48 ; I2 = 62 % ; P = 0,003).
  • Dans une analyse par sous-groupes de la canagliflozine, par rapport à un placebo, un risque accru statistiquement significatif est apparu dans une méta-analyse à effets fixes (risque relatif : 1,59 ; IC à 95 % : 1,26–2,01 ; I2 = 88 % ; P = 0,0001), mais aucun effet n’a été constaté avec la dapagliflozine ou l’empagliflozine.
  • Dans le cadre de données observationnelles, l’hétérogénéité entre les études et les facteurs de confusion potentiels ont empêché la conduite d’une méta-analyse, bien que deux tiers des comparaisons portant sur d’autres classes de médicaments aient montré un risque d’amputation accru non significatif.

Limites

  • La puissance statistique est trop limitée pour permettre de détecter des événements rares.
  • L’amputation n’était un critère d’évaluation prédéfini dans aucun des essais.
  • Aucune donnée individuelle sur les patients.
  • L’hétérogénéité constatée entre les études est considérable.