Une méta-analyse confirme l’intérêt de l’acupuncture dans les douleurs cancéreuses

  • He Y & al.
  • JAMA Oncol
  • 19 déc. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’acupuncture seule ou associée à l’acupression permet de réduire l’intensité des douleurs associées au cancer et peut aussi réduire le recours aux analgésiques.
  • Les analyses en sous-groupes et de sensibilité montrent que l’intérêt de l’approche est décrite dans des études cliniques menées en ouvert ou en aveugle, et pour différentes approches (acupuncture manuelle et auriculaire).

 

L’acupuncture a fait l’objet d’études récentes dans la prise en charge de la douleur liée au cancer, qui n’ont pas été intégrées aux revues les plus récentes sur le sujet. Étant donné l’intérêt des approches non médicamenteuses dans ce domaine, une revue et méta-analyse rassemblant les données les plus récentes était donc nécessaire.

Évidence issue de 14 études randomisées et 920 patients

La revue de la littérature a été menée à partir des bases de données anglophones et sinophones et a permis de compiler finalement 17 études cliniques randomisées contrôlées dont 14 ont pu être incluses dans la méta-analyse (7 chinoises, 6 américaines, 1 internationale). Parmi elles, 9 ont été menées versus procédure leurre, 7 ont comparé l’acupuncture à un traitement antalgique et 13 ont été menées dans le cadre de douleurs cancéreuses spécifiques (dont 6 dans l’arthralgie liée aux anti-aromatases), avec une sélection limitée aux patients présentant des douleurs modérées à sévères pour 13 de ces études (>3 ou 4 points sur 10 points de l’échelle visuelle analogique).

L’acupuncture manuelle et auriculaire plus efficace que l’électro-acupuncture

La réduction de la douleur par l'acupuncture était supérieure à celle apportée par une procédure leurre (différence moyenne −1,38 points d’évaluation [−2,13 à − 0,64], I2 : 81%). Par ailleurs, elle était supérieure dans les seuls essais ayant combiné acupuncture et acupression en comparaison à un traitement antalgique (différence moyenne -1,44 points [-1,98 à -0,89], I 2 : 92%). Les données spécifiques aux procédures d’acupuncture manuelle ou d’acupuncture auriculaire ont permis de conclure également à leur supériorité versus procédure leurre.

Les analyses de sensibilité ont confirmé l’intérêt de l’approche à travers les seules études menées en aveugle ou les seules études menées en ouvert, avec une hétérogénéité respectivement substantielle et réduite.

Du fait de l’hétérogénéité substantielle d’une partie des résultats, de nouvelles études seraient utiles pour les confirmer.