Une meilleure tolérance au glucose quand la mère a fait de l’exercice avant et pendant sa grossesse ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

L'analyse des modifications adaptatives et épigénétiques de la clairance du glucose et de l'action de l'insuline en réponse à l'exercice physique et à certaines manipulations diététiques au cours de la grossesse et en période périnatale constitue un nouvel axe de recherche dans le diabète de type 2. Des données épidémiologiques et historiques ont déjà montré qu'une restriction nutritionnelle importante pendant la gestation provoque un retard de croissance ainsi qu'une diminution de la taille du pancréas et de sa capacité à sécréter de l'insuline avec une baisse de la tolérance au glucose. L'obésité maternelle n'est pas non plus exempte de conséquences puisqu'elle est associée à une augmentation de l'intolérance au glucose, de l'insulinorésistance et du diabète de type 2.

D'autres travaux réalisés chez l'animal ont concerné l'exercice physique pendant la gestation. C'est le cas de ceux de KI Stanford et coll. qui ont publié des résultats obtenus chez la souris. Les animaux étaient nourris, soit avec un régime standard, élevé en hydrates de carbone et pauvre en graisse (21 %), soit par un régime riche en graisses et pauvre en hydrates de carbone (60 %). Les souris ont alors été divisées en 4 groupes : entraînement physique (dans une roue) pendant 2 semaines avant la conception et au cours de la gestation ; entraînement physique uniquement penda...