Une mauvaise santé bucco-dentaire favorise les infections à HPV


  • APA
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les infections orales au papillomavirus humain (HPV) sont associées à des problèmes gingivaux et dentaires. C'est le résultat d'une étude menée par des chercheurs de l'Université du Texas à Houston (États-Unis), publiée dans la revue Cancer Prevention Research.

Les chercheurs ont pour cela analysé les données de 3 439 participants à l'enquête nationale américaine sur la santé et la nutrition (NHANES, National Health and Nutrition Examination Survey, 2009 – 2010). Ils disposaient ainsi de données sur la santé bucco-dentaire et la présence respective de 19 et 18 types de virus HPV à faible et haut risque de cancer. Les résultats ont révélé une prévalence d'infection orale par HPV supérieure de 56 % chez les participants ayant fait état d'une mauvaise santé bucco-dentaire. Cette prévalence augmentait respectivement de 51 et 28 % chez les sujets souffrant de problèmes gingivaux et dentaires. En outre, les chercheurs ont observé une association entre les infections orales à HPV et le nombre de dents manquantes. La probabilité d'infection à HPV était par ailleurs plus élevée chez les hommes, les fumeurs, les consommateurs de marijuana et les sujets s'adonnant à des pratiques sexuelles orales.

« La bonne nouvelle, c'est que ce facteur de risque est modifiable », a affirmé le premier auteur, Thanh Cong Bui. « Le maintien d'une bonne hygiène bucco-dentaire aide à prévenir l'infection à HPV et donc les cancers liés au HPV. »