Une hausse mondiale de 85 % des effectifs des agents de santé est nécessaire pour atteindre les objectifs de l’ONU


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Près de la moitié des pays sont confrontés à une pénurie d’agents de santé. C’est ce que suggèrent les données provenant de l’étude sur la charge mondiale de morbidité (GBD).

En utilisant un seuil de plus de 30 médecins, 100 infirmiers ou sages-femmes et de 5 pharmaciens pour 10 000 habitants, en 2017, seuls 41 pays sur 195 disposaient de plus de 30 médecins pour 10 000 habitants, tandis que seuls 28 pays étaient dotés de plus de 100 infirmiers ou sages-femmes pour 10 000 habitants. Environ la moitié (47,2 %) des pays disposaient de moins de 10 médecins pour 10 000 habitants, et 46,2 % des pays étaient dotés de moins de 30 infirmiers ou sages-femmes pour 10 000 habitants.

L’analyse a utilisé une plateforme de prévisions pour estimer les effets de facteurs indépendants de la santé de la population dans le futur afin de générer des projections jusqu’en 2030. Les taux de variation nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) au niveau mondial ont été calculés.

L’application du taux de variation annualisé mondial moyen requis pour atteindre les ODD dans le 90e centile correspondait à une hausse supérieure à 85 % de la densité des agents de santé pour 1 000 habitants d’ici 2030, passant d’une moyenne de 5,9 agents de santé pour 1 000 habitants en 2015 à 10,9 agents de santé pour 1 000 habitants en 2030.