Une flambée de VIH sans précédent affecte des enfants au Pakistan


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’utilisation par des prestataires de soins de santé d’aiguilles et de produits sanguins contaminés est à l’origine d’une flambée de virus de l’immunodéficience humaine (VIH) sans précédent chez des enfants au Pakistan.

La flambée qui s’est produite dans le district de Larkana est inédite en termes de proportion de jeunes enfants affectés, principalement ceux de moins de cinq ans. Les chiffres actuels représentent une augmentation de 54 % des diagnostics pédiatriques au cours des 13 dernières années.

Une étude, qui vient d’être publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, semble confirmer les observations faites par un groupe de travail gouvernemental, selon lesquelles le VIH a principalement été transmis aux enfants du fait de l’usage par des prestataires de soins de santé d’aiguilles et de produits sanguins contaminés.

Entre le 24 avril et le 15 juillet 2019, 930 individus testés positifs au VIH, parmi lesquels 763 (82 %) étaient des enfants âgés jusqu’à 15 ans, et 604 (79 %) d’entre eux étaient âgés de 5 ans et moins. Parmi les enfants âgés de 0 à 15 ans, 464 diagnostics de VIH (61 %) sur 763 concernaient des garçons.

Un groupe de travail gouvernemental avait auparavant déterminé que des aiguilles contaminées pouvaient être la cause de cette situation, suite à des visites d’établissements de santé privés et publics au cours desquelles il avait été observé que des aiguilles étaient réutilisées et que des produits sanguins étaient utilisés sans être soumis à un dépistage visant à déceler des infections. Ces pratiques ont entraîné la fermeture de 3 banques de sang, de près de 300 cliniques et de la Commission des soins de santé du Sindh.