Une flambée d’Ebola « plus complexe » que la précédente flambée ayant sévi au Congo


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le directeur général adjoint de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la préparation aux situations d’urgence et les interventions, Peter Salama, a averti que la flambée d’Ebola dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC) « semble être plus complexe » que la précédente flambée survenue dans la province de l’Équateur. 

La semaine dernière, les autorités ont identifié un groupe de cas de fièvre hémorragique aiguë suspectés et elles ont ensuite rapporté le 1er août que quatre des six échantillons recueillis auprès des patients hospitalisés étaient positifs. Le 3 août, 43 cas de maladie à virus Ebola, parmi lesquels 16 ont été confirmés et 27 étaient probables, ont été signalés. Un total de 22 décès ont été rapportés. D’autres cas suspectés étaient en attente d’analyses de laboratoire pour confirmer ou écarter la maladie à virus Ebola plus tôt cette semaine. Trois agents de santé ont été touchés par la maladie, dont un qui est décédé. 

L’OMS a souligné que le pays est confronté simultanément à plusieurs épidémies et à une crise humanitaire de longue durée et a déclaré que la situation au Nord-Kivu sur le plan de la sécurité pourrait entraver la mise en œuvre d’activités de riposte. 

Un vaccin expérimental a été utilisé durant la dernière flambée d’Ebola en RDC et les autorités ont indiqué que la vaccination fera également partie de cette riposte. Des activités de recherche des contacts ont été initiées la semaine dernière et à l’issue de la journée de samedi, 879 contacts ont été enregistrés pour un suivi.