Une étude sur l’utilisation autodéclarée du masque dans une région de faible prévalence apporte des résultats conflictuels avec les données probantes

  • Bundgaard H & al
  • Ann Intern Med

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude au Danemark menée dans un contexte de faible prévalence virale et s’appuyant sur l’utilisation autodéclarée du masque indique que l’utilisation du masque chirurgical n’a pas permis de limiter davantage l’acquisition du virus pour les porteurs, par rapport à la distanciation sociale et le lavage des mains.
  • L’étude n’a pas abordé plusieurs facteurs, notamment l’atténuation de la transmission de la maladie à d’autres personnes et la fréquence à laquelle les participants à l’étude se trouvaient dans des lieux comportant un risque d’exposition.
  • L’étude est spécifique à la situation du Danemark pendant la période allant d’avril au début du mois de juin, au moment où toutes les mesures de santé publique visant à atténuer la transmission de la maladie étaient en place à l’exception du port du masque, où la prévalence était faible, et où les restaurants ainsi que les bars étaient fermés.
  • Moins de la moitié des participants du groupe devant porter le masque ont porté un masque conformément aux recommandations.

Pourquoi est-ce important ?

Principaux résultats

  • 4 862 participants, 2 392 dans le groupe du port du masque, 2 470 participants témoins.
  • Observance : 46 % des participants devant porter le masque l’ont porté conformément aux recommandations.
  • Infection au coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) :
    • 1,8 % parmi les participants portant le masque, contre 2,1 % parmi les participants témoins.
    • Différence entre les groupes : -0,3 point de pourcentage (P = 0,38) ; rapport de cotes (RC) : 0,82 (P = 0,33) en faveur des participants portant le masque.
  • Analyse de sensibilité (test de détection des anticorps à l’inclusion et test positif à un mois) : 1,4 % pour les participants portant le masque, contre 1,8 % pour les participants témoins ; différence entre les groupes : -0,4 point de pourcentage ; P = 0,22 (RC : 0,77 ; P = 0,26).

Méthodologie

  • Un essai contrôlé randomisé, sans mise en aveugle et mené à l’échelle nationale au Danemark a évalué si le port du masque chirurgical à l’extérieur du domicile a permis de protéger ceux qui le portaient du SARS-CoV-2 dans les lieux publics où les mesures de santé étaient en vigueur, mais où le port du masque dans la communauté n’était pas fréquemment appliqué.
  • Financement : les Fondations Salling (The Salling Foundations).

Limites

  • Résultats non concluants.
  • L’étude n’a pas abordé les effets du masque comme contrôle des sources d’infection.
  • Le caractère généralisable des résultats est limité.
  • Biais d’autodéclaration.