Une étude suggère des moyens d’améliorer la satisfaction au travail chez les médecins généralistes


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que l’emploi de gestionnaires de cas et l’utilisation des dossiers médicaux électroniques sont associés à une plus faible insatisfaction au travail chez les médecins généralistes (MG). 

L’étude a examiné l’association entre les caractéristiques organisationnelles et fonctionnelles des cabinets de MG et l’insatisfaction au travail dans 11 pays, en menant une analyse secondaire de l’Enquête internationale 2015 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé auprès des médecins généralistes (2015 Commonwealth Fund International Health Policy Survey of Primary Care Physicians). 

L’étude a révélé que l’insatisfaction au travail variait de 8,1 % en Norvège à 37,4 % en Allemagne.

Parmi les 12 049 MG interrogés, l’insatisfaction au travail était liée aux possibilités limitées de proposer des rendez-vous le jour-même, aux longs retards dans les avis de sortie d’hôpital, à la charge de travail hebdomadaire élevée et à la lourdeur des charges administratives. 

L’étude a toutefois révélé que le fait d’utiliser des dossiers médicaux électroniques (rapport de cotes [RC] : 0,82 ; IC à 95 % : 0,68–0,98) et de disposer d’un gestionnaire de cas au sein du cabinet (RC : 0,84 ; IC à 95 % : 0,75–0,95) étaient associés à une plus faible insatisfaction. L’insatisfaction des MG était également plus faible lorsqu’ils assuraient des visites de soins à domicile (RC : 0,89 ; IC à 95% : 0,83–0,96). 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Annals of Family Medicine, suggèrent qu’au lieu de penser à réduire la charge de travail globale des MG, « il pourrait être plus pertinent » d’encourager de nouvelles méthodes organisationnelles. « Les cabinets de groupe qui comprennent d’autres professionnels, comme des gestionnaires de cas, et qui intègrent l’utilisation des dossiers médicaux électroniques semblent être de bons points de départ », ont-ils indiqué.