Une étude souligne l’importance de surveiller l’observance médicamenteuse chez les plus de 50 ans


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche a identifié une association significative entre la non-observance médicamenteuse et les hospitalisations ainsi que la mortalité toutes causes confondues chez les personnes âgées de plus de 50 ans, ce qui a conduit les auteurs de l’étude à suggérer que l’observance médicamenteuse devait être surveillée dans ce groupe. 

Les chercheurs irlandais ont analysé les données probantes relatives à la non-observance médicamenteuse et son association avec les résultats de santé chez des personnes âgées d’au moins 50 ans. Soixante-six études ont été identifiées pour une synthèse qualitative, 11 de ces études étant éligibles à des méta-analyses. 

L’étude a révélé que la non-observance médicamenteuse avait une association négative significative avec toute une série de résultats de santé importants chez les personnes plus âgées. Une méta-analyse ayant inclus trois études mesurant la non-observance médicamenteuse chez 75 943 adultes âgés d’au moins 55 ans a montré une association significative avec les hospitalisations toutes causes confondues (rapport de cotes [RC] corrigé : 1,17 ; IC à 95 % : 1,12–1,21 ; P ≤ 0,001). Une bonne observance médicamenteuse a été associée à une réduction de 21 % du risque de mortalité à long terme, par rapport à la non-observance médicamenteuse (RR corrigé : 0,79 ; IC à 95 % : 0,63–0,98 ; P = 0,03). 

Au vu des résultats, les auteurs ont déclaré que « l’observance médicamenteuse devait être surveillée et prise en compte dans cette cohorte, pour aider à minimiser les hospitalisations, améliorer les résultats cliniques et réduire les coûts des soins de santé ».

La recherche a été publiée dans la revue British Journal of Clinical Pharmacology.