Une étude révèle un lien entre l’apnée du sommeil non identifiée et les complications postchirurgicales


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que les personnes atteintes d’apnée obstructive du sommeil (AOS) présentent un risque significativement plus élevé de complications cardiovasculaires au cours du premier mois suivant une chirurgie non cardiaque. 

Cette étude prospective a inclus 1 218 patients n’ayant reçu aucun diagnostic antérieur d’apnée du sommeil et présentant au moins un facteur de risque cardiovasculaire, qui ont fait l’objet d’une chirurgie majeure non cardiaque entre janvier 2012 et juillet 2017, dans 8 hôpitaux répartis dans 5 pays. Le critère d’évaluation principal de l’étude était un critère composite regroupant les lésions myocardiques, le décès d’origine cardiovasculaire, l’insuffisance cardiaque, la thromboembolie, la fibrillation auriculaire et l’accident vasculaire cérébral dans les 30 jours suivant la chirurgie. 

Les participants ont fait l’objet d’une étude du sommeil pendant une nuit avant la chirurgie ; il a été déterminé que 136 d’entre eux présentaient une AOS sévère, 235 une AOS modérée, 452 une AOS légère et 395 aucune AOS.

Les auteurs ont rapporté que, 30 jours après la chirurgie, le taux de survenue du critère d’évaluation principal était de 30,1 % chez les patients atteints d’une AOS sévère, de 22,1 % chez les patients atteints d’une AOS modérée, de 19,0 % chez les patients atteints d’une AOS légère, et de 14,2 % chez les patients sans AOS. 

Écrivant dans la revue JAMA, ils ont déclaré que des recherches supplémentaires sont nécessaires afin d’évaluer si des interventions pourraient permettre de modifier ce risque.