Une étude révèle que les personnes plus âgées heureuses vivent plus longtemps


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le bonheur pourrait être la clé de la longévité. C’est ce que suggère une nouvelle étude publiée dans la revue Age and Ageing qui a révélé que le bonheur est associé à une moindre probabilité de mortalité toutes causes confondues chez les personnes plus âgées. 

Des chercheurs ont examiné les données portant sur 4 478 Singapouriens âgés de 60 ans ou plus qui étaient inclus dans une enquête longitudinale représentative à l’échelle nationale. Le bonheur a été rapporté par les participants au début l’enquête par le biais d’un questionnaire et mesuré de deux façons : par un score de bonheur (allant de 0 à 6) et par une variable de bonheur binaire (score de bonheur de 6/malheureux). 

Les chercheurs ont découvert que la probabilité de mortalité toutes causes confondues était 9 % plus basse pour chaque hausse d’une unité du « score de bonheur » et 19 % plus basse chez les personnes plus âgées heureuses, par rapport aux personnes plus âgées malheureuses. 

« La constance de cette association inverse entre le bonheur et la mortalité pour l’ensemble des tranches d’âge et pour les deux sexes est révélatrice : que ce soit les hommes et les femmes, les jeunes personnes âgées ou les vieilles personnes âgées, tout le monde est susceptible de bénéficier d’un plus grand bonheur », a déclaré le co-auteur, June May-Ling Lee. 

Les auteurs ont suggéré que la véritable association entre le bonheur et la mortalité pourrait même être plus forte que celle observée dans l’étude, en raison de l’expression limitée du bonheur qui a été rapportée chez les populations d’Asie de l’Est. 

Les activités, programmes et politiques qui préservent ou améliorent le bonheur pourraient favoriser une vie plus longue chez les personnes plus âgées, ont-ils avancé.