PUBLICITÉ

Une étude révèle que les idées suicidaires chez les enfants de trois à six ans doivent être prises au sérieux


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales

Les enfants âgés de trois à six ans ayant des idées suicidaires (IS) ont une meilleure compréhension de ce que signifie mourir, par rapport à la majorité de leurs pairs, selon une nouvelle étude.

L’essai contrôlé randomisé a révélé que les enfants déprimés ayant des IS avaient obtenu un score plus élevé concernant la compréhension globale de la mort, par rapport aux enfants déprimés sans IS et aux enfants en bonne santé, et qu’ils étaient 3,6 fois plus susceptibles de décrire la mort comme étant causée par la violence que les enfants déprimés sans IS. Un usage accru de la télévision a été associé à une moindre compréhension de la mort, et notamment du concept d’irréversibilité.

« C’est un sujet délicat à appréhender et, à bien des égards, je pense que l’on a plus facilement tendance à supposer que les enfants ne savent pas réellement de quoi ils parlent et qu’ils ne sont donc pas en mesure de souhaiter les mêmes choses que les adultes lorsqu’ils disent vouloir mourir », a déclaré l’auteur principal, Laura Hennefield, de l’Université de Washington (Washington University), aux États-Unis.

« Nous avons cependant découvert que même les enfants âgés de seulement quatre ans qui avaient exprimé des idées suicidaires avaient une bonne compréhension de ce que signifie mourir », a déclaré le Dr Hennefield. « Même si des incertitudes subsistent quant à la façon d’évaluer pleinement le risque dans ces circonstances, nos résultats soulignent la nécessité de prendre au sérieux les idées et comportements suicidaires qu’expriment les enfants. »

PUBLICITÉ