Une étude révèle que la chirurgie rachidienne est sûre chez les patients d’un âge avancé


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant examiné la sécurité d’emploi de la chirurgie rachidienne chez des patients âgés de 80 ans et plus a révélé que, même si le taux de complications périopératoires globales peut s’avérer élevé, la chirurgie peut être pratiquée sans danger chez cette population. 

L’étude de cohorte prospective et multicentrique a inclus 270 patients ayant fait l’objet d’une chirurgie rachidienne, entre janvier et décembre 2017, dans 7 centres au Japon. 

Les auteurs ont entrepris de déterminer les complications périopératoires de la chirurgie dans ce groupe (définies comme des événements indésirables étant survenus en intraopératoire ou dans les 30 jours en postopératoire) et ont étudié les facteurs de risque de complications systémiques périopératoires. 

Les auteurs ont rapporté que des complications périopératoires globales, des complications au site de la chirurgie et des complications systémiques mineures ont été constatées chez 20,0 %, 8,1 % et 14,8 % des patients, respectivement. Aucun patient n’a présenté de complication systémique majeure. Le taux de réopération était de 4,1 %. 

Une diminution des activités de la vie quotidienne telle que mesurée par le score d’état général (SEG) du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group, ECOG ; P = 0,013), le recours à des dispositifs implantés durant la chirurgie (P = 0,024) et une durée d’opération supérieure à 180 minutes (P = 0,016) ont été associés à des complications systémiques mineures. 

Les résultats ont été publiés dans la revue Journal of Neurosurgery: Spine