Une étude remet en question les bénéfices de survie des bêta-bloquants après un pontage aortocoronaire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude ont amené ses auteurs à remettre en question l’utilisation systématique des bêta-bloquants pour améliorer la survie après un pontage aortocoronaire (PAC). 

Des chercheurs ont examiné les données du registre SWEDEHEART afin de déterminer l’utilisation qui est faite des médicaments de prévention secondaire, notamment les statines, les bêta-bloquants, les inhibiteurs du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) et les inhibiteurs plaquettaires, chez 28 812 patients en Suède ayant fait l’objet d’un premier PAC entre 2006 et 2015. Ils ont également examiné l’association entre l’utilisation des médicaments et la mortalité.

Les auteurs ont découvert que, même si l’utilisation de médicaments de prévention secondaire après un PAC était au début élevée chez les participants après la chirurgie, elle a significativement diminué au fil du temps. 

Ils ont rapporté que les statines (rapport de risque [RR] : 0,56 ; IC à 95 % : 0,52–0,60 ; P 

« Cette étude souligne l’importance de l’usage continu des médicaments de prévention secondaire par statines, inhibiteurs plaquettaires et inhibiteurs du SRAA après un PAC, afin d’améliorer la survie à long terme, tandis que l’utilisation systématique des bêta-bloquants est discutable », ont conclu les auteurs. 

Les résultats ont été publiés dans la revue European Heart Journal