Une étude remet en question l’intérêt clinique de la tonsillectomie pour l’angine récurrente modérée


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a remis en question l’intérêt clinique de la tonsillectomie ou de l’ablation des amygdales et des végétations adénoïdes chez certains patients, en suggérant que cette intervention pourrait ne pas réduire significativement le nombre de visites médicales pour cause de pharyngite et d’angine. 

L’étude de cohorte rétrospective a comparé la tonsillectomie ou l’ablation des amygdales et des végétations adénoïdes (uniquement chez des enfants) à l’absence de traitement chirurgical chez 1 044 enfants (âgés de moins de 15 ans) et chez 2 244 adultes qui étaient « affectés modérément ou dans une moindre mesure » par une angine chronique/récurrente. Au total, 522 enfants et 1 122 adultes ont été inclus dans le groupe de l’intervention et le groupe témoin. 

Les auteurs ont rapporté que les patients ayant fait l’objet d’une tonsillectomie tout comme ceux n’en ayant pas fait l’objet avaient eu statistiquement moins de visites médicales après la chirurgie/la chirurgie fictive. Une diminution significativement plus importante des visites médicales a été observée pour les patients ayant fait l’objet d’une chirurgie, par rapport aux patients n’en ayant pas fait l’objet.

Les auteurs ont cependant affirmé que l’amélioration était faible, après une comparaison avec l’absence de traitement chirurgical, et qu’elle était « d’un intérêt clinique discutable ».

Selon les auteurs, qui ont écrit dans la revue BMJ Open, les résultats suggèrent que le seuil pour l’intervention chirurgicale chez les enfants et les adultes affectés modérément ou dans une moindre mesure par des infections de la gorge chroniques ou récurrentes nécessite d’être étudié de manière plus approfondie et d’être débattu, car l’état de la plupart des patients semble s’améliorer spontanément sans chirurgie dans un délai d’un an.