Une étude réfute le lien entre les statines et le déclin cognitif


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude, ayant examiné l’association entre la prise de statines et les changements survenant au niveau de la mémoire et de la cognition globale chez les personnes plus âgées, a révélé que les statines ne sont pas associées au déclin cognitif et qu’elles pourraient en fait avoir un effet protecteur chez certaines personnes. 

L’étude, publiée dans la revue Journal of the American College of Cardiology, a examiné les changements survenant au niveau de la mémoire et de la cognition globale en relation avec la prise de statines, sur une période d’observation de six ans et pendant deux ans dans le cadre d’études sur le volume cérébral s’appuyant sur la cohorte de l’Étude du vieillissement et de la mémoire de Sydney, composée de participants âgés non atteints d’une démence et non institutionnalisés. Parmi 1 037 participants, 395 personnes n’avaient jamais pris de statines et 642 en avaient déjà pris. 

Les auteurs ont rapporté que sur six ans d’observation, aucune différence significative n’a été observée entre les personnes ayant déjà pris des statines et celles n’en ayant jamais pris concernant le rythme de déclin de la mémoire et de la cognition globale et les scores aux tests de la mémoire spécifique. Lorsque les chercheurs ont comparé les données portant sur 99 participants ayant commencé à prendre des statines pendant la période de l’étude, ils ont découvert que l’instauration de statines était associée à une diminution du rythme de déclin de la mémoire. 

L’analyse des sous-groupes des participants ayant fait l’objet d’un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) cérébral n’a identifié aucune association entre la prise de statines et les changements du volume cérébral. 

Les auteurs ont déclaré que les résultats sont « rassurants » pour les personnes ayant des inquiétudes sur la prise de statines et le risque de déclin de la mémoire.