Une étude réfute le lien entre les poussières de bois et le cancer du poumon

  • Matrat M & al.
  • Occup Environ Med
  • 19 sept. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’exposition professionnelle aux poussières de bois n’est associée à aucune augmentation significative du risque de cancer du poumon, ce qui contredit les recherches antérieures.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une étude antérieure utilisant également un protocole de cas-témoins avait identifié une association positive, mais elle n’avait pas réussi à corriger les résultats pour prendre en compte l’exposition professionnelle à d’autres carcinogènes pulmonaires.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cas-témoins populationnelle a été menée auprès de 5 056 hommes issus du projet d’étude du rôle des facteurs de risque professionnels et environnementaux dans la survenue de cancers broncho-pulmonaires (ICARE) : 2 276 patients atteints d’un cancer du poumon et 2 780 témoins ont été inclus.
  • Financement : Agence nationale française de sécurité sanitaire ; Agence nationale française de la recherche ; autres.

Principaux résultats

  • 390 patients atteints d’un cancer du poumon et 447 personnes témoins ont été exposés à des poussières de bois.
  • L’association entre le risque de cancer du poumon et l’exposition aux poussières de bois n’était pas significative (rapport de cotes corrigé [RCc] : 1,13 ; IC à 95 % : 0,86–1,48) après une correction pour prendre en compte les facteurs de confusion tels que l’âge, le tabagisme et l’exposition à l’amiante, à la silice et aux gaz d’échappement des moteurs diesel.
  • Les résultats étaient cohérents pour tous les types histologiques de cancer du poumon.
  • Le risque de cancer du poumon n’était pas plus élevé chez les personnes qui travaillaient à l’intérieur ou chez ceux dont les postes de travail ne disposaient pas d’un système d’aspiration.

Limites

  • L’exposition aux poussières de bois était autodéclarée et potentiellement sujette à un biais de rappel.
  • Étude portant exclusivement sur des hommes.