Une étude menée aux États-Unis montre que la mortalité par cancer du poumon connaîtra une diminution de 79 % d’ici 2065

  • Ann Intern Med

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Si les efforts de lutte antitabac actuels aux États-Unis se poursuivent, la mortalité par cancer du poumon connaîtra une diminution de 79 % d’ici 2065.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces chiffres encouragent à poursuivre les programmes actuels d’arrêt et de prévention du tabagisme afin de réduire davantage la mortalité par cancer du poumon.

Protocole de l’étude

  • Quatre modèles de cancer du poumon qui incluent des données de l’Enquête nationale par entretien sur la santé (National Health Interview Survey), les études I et II sur la prévention du cancer et la base de données sur la mortalité humaine (Human Mortality Database).
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Le taux global de mortalité par cancer du poumon corrigé en fonction de l’âge (TMCA) devrait diminuer de 79 % durant la période 2015–2065, passant de 65,0/100 000 personnes à 13,9/100 000 personnes en 2065.
  • La réduction devrait être plus importante chez les hommes que chez les femmes (83 % contre 73 %), même si les TMCA prévus étaient les mêmes entre les sexes d’ici 2045.
  • Le nombre moyen de décès par cancer du poumon devrait diminuer de 63 %, passant de 135 000 décès en 2015 à environ 50 300 décès en 2065.
  • Le nombre prévu de décès par cancer du poumon s’élève à 4,4 millions pour la période 2015–2065.
  • Le pourcentage des décès par cancer du poumon parmi les fumeurs actuels devrait être de 17,4 % (21,7 % chez les hommes et 12,6 % chez les femmes) en 2065, soit une diminution de 52 % (47 % chez les hommes et 59 % chez les femmes), par rapport à 2015.
  • Il est estimé qu’il y aura 20 millions de fumeurs aux États-Unis âgés de 30 à 84 ans en 2065.

Limites

  • Prévisions basées sur des hypothèses de statu quo.