Une étude française révèle des données probantes qui suggèrent un effet négatif de la mutation BRAF au niveau de la réponse à l’immunothérapie dans le cadre du mélanome avancé

  • Amini-Adle M & al.
  • BMC Cancer
  • 3 juil. 2018

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse de cohorte suggère qu’un traitement par anti-protéine 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death Protein 1, PD-1) est moins efficace chez les patients atteints d’un mélanome avancé avec mutations BRAF.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude prospective évaluant l’efficacité du traitement par anti-PD-1 après l’échec du traitement de première intention.

Principaux résultats

  • Les patients porteurs d’une mutation BRAF avaient un taux de réponse objective (12,2 % contre 45,5 % ; P = 0,003) et un taux de contrôle de la maladie (24,4 % contre 57,6 % ; P = 0,008) plus faibles, comparativement aux patients avec BRAF de type sauvage.
  • Les patients porteurs d’une mutation BRAF avaient une SSP (2 contre 5 mois ; RR : 2,3 ; P = 0,003) et une SG (7 contre 20 mois ; RR : 2,5 ; P = 0,005) médianes plus courtes, comparativement aux patients avec BRAF de type sauvage.
  • Les patients porteurs d’une mutation BRAF avaient un taux plus élevé de mort rapide (sous trois mois), comparativement aux patients avec BRAF de type sauvage (55,2 % contre 20,0 % ; P = 0,014).
  • Les patients avec BRAF de type sauvage avaient un taux plus élevé de toxicités immunomédiées, comparativement aux patients porteurs d’une mutation BRAF (35,5 % contre 9,8 % ; P = 0,003).

Protocole de l’étude

  • 74 patients atteints d’un mélanome avancé (33 avec BRAF de type sauvage et 41 avec mutation BRAF) ont reçu un traitement par anti-PD-1 immédiatement après un échec sous inhibiteur de BRAF, ipilimumab ou chimiothérapie, et ont fait l’objet d’une analyse de l’efficacité du traitement.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Étude observationnelle.
  • Échantillon de patients de petite taille.