Une étude explore l’association entre signatures métaboliques, poids et cancer

  • Kliemann N & al.
  • BMC Med

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le mécanisme permettant d’expliquer la relation entre obésité et cancer reste incertain. Une étude vient d’explorer la signature métabolique associée à trois mesures anthropométriques (IMC, circonférence à la taille et ratio taille/hanche) et leur corrélation avec le développement du cancer colorectal et de l’endomètre, particulièrement influencés par l’obésité. 

Les résultats de cette étude :

  • soulignent l’existence d’une signature métabolique associée à l’augmentation de chacun de ces trois critères anthropométriques,
  • mettent en évidence une association entre la signature métabolique des sujets obèses et l’augmentation du risque de cancer colorectal et de l’endomètre.
  • Enfin, des analyses exploratoires suggèrent qu’une perte de poids pourrait modifier la signature métabolique induite par l’obésité.

Pourquoi ces données sont-elles intéressantes ?

Il est admis que l’obésité est un facteur de risque important pour 13 types de cancer. Au niveau mondial, 3,9% des cancers seraient liés à l’obésité, et 5,7% à la fois à l’obésité et au diabète de type 2. Cette étude apporte des précisions sur l’association entre les modifications métaboliques en lien avec l’obésité et le risque de cancer, ainsi que sur l’influence potentielle d’une perte de poids.

Méthodologie

Les analyses présentées ici ont été réalisées à partir des données issues de la cohorte multicentrique EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) ayant inclus 521.330 sujets recrutés principalement à partir de 10 pays européens entre 1991 et 2000. L’étude interventionnelle Intercept, est une étude pilote évaluant l’impact de la perte de poids sur le développement d’un cancer. 

Principaux résultats

Après de multiple ajustements, une augmentation de l’IMC, du tour de taille et du ratio taille/hanche a été associée à des taux plus élevés de valine, isoleucine, glutamate, phosphatidyl-choline (PC aa C38:3 et PC aa C38:4), ainsi qu’à une diminution des taux d’asparagine, de glutamine, de glycine, de sérine, et de lysophosphatidyl-choline (lysoPC C17:0, lyso PC C18:1, lyso PC C18:2) et phosphatidylcholine (PC ae C40:5 et PC ae C42:5).

Une association positive a été retrouvée entre la signature métabolique liée à l’augmentation de l’IMC, du tour de taille ou du ratio taille/hanche isolément et le risque de cancer de l’endomètre, ainsi qu’entre la signature métabolique associée au ratio taille/hanche et le cancer colorectal. 

À partir des données métabolomiques de l’étude interventionnelle pilote Intercept, une association positive a été mise en évidence entre la perte de poids et la modification de la signature métabolique associée à l’IMC, au tour de taille et au ratio taille/hanche.