Une étude de registre écarte l’influence de l’IMC sur le pronostic de l’arthroplastie

  • Boyer B & al.
  • Orthop Traumatol Surg Res
  • 1 nov. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

À partir d’un registre italien rassemblant plusieurs dizaines de milliers d’arthroplasties de la hanche ou du genou, il apparaît que le genre, l’âge et le statut diabétique ont une influence sur le risque de révision. L’IMC n’apparaît pas être un facteur déterminant, une fois les autres paramètres pris en compte, et le poids semble être un facteur discriminant uniquement concernant le pronostic des arthroplasties totales de hanche.

Mieux comprendre les critères discriminants

Si le rôle du genre et du diabète sur le taux de survie des implants est décrit, le rôle de l’obésité reste une question sujette à débat : les données des études et des méta-analyses dédiées sont contradictoires. Pour mieux en comprendre l’influence, l’analyse des données permettant de comparer des cohortes de patients selon leur IMC, en y intégrant également le sexe et le statut diabétique était nécessaire.

Principaux résultats

L’analyse a été conduite à partir du registre italien RIPO et a été fondée sur les données relatives à 30.733 arthroplasties totales de la hanche (ATH), 28.483 arthroplasties totales du genou (ATG), 3.754 arthroplasties du genou unicompartimentales (AUG) et 649 arthroplasties du genou rotatoires (AGR) avec un suivi moyen de 5,5 ans. Chaque typologie a été décrite selon son appartenance à chaque groupe d'âge, de sexe de statut diabétique et d'IMC.

Concernant les révisions toutes causes confondues, une différence a été observée selon le sexe, avec des données plus favorables pour les femmes pour les ATH et les AGR.

Concernant les révisions pour descellement septique, une différence a été observée pour les sujets diabétiques qui avaient statistiquement un moins bon pronostic vs ceux qui étaient non diabétiques, ainsi que les hommes par rapport aux femmes.

Concernant les révisions pour descellement non septique, une différence a été observée pour les femmes qui avaient un meilleur pronostic que les hommes.

Le modèle à risque proportionnel de Cox montre l’influence du sexe sur le pronostic de tous les types d’arthroplasties. Le statut diabétique avait une influence sur le risque de descellement prothétique chez les femmes mais non chez les hommes. Concernant les AUG, le sexe masculin était associé à un pronostic moins favorable concernant tous les types de révision étudiés.

L’influence de l’IMC dans des groupes comparables (hommes diabétiques, femmes diabétiques, hommes non diabétiques, femmes non diabétiques) a permis d’établir l’absence de différence pour chaque type de prothèse et pour chaque type de révision. Seul le poids, et l’âge, avaient une influence sur le risque de descellement aseptique des ATH.