Une étude de phase 3 confirme l’efficacité du lasmiditan dans la crise migraineuse

  • Kuca B & al.
  • Neurology
  • 16 nov. 2018

  • de Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Neurology vient de publier les résultats de l’étude de phase 3 qui a permis d’évaluer l’efficacité du lasmiditan comme traitement de la crise de migraine chez l’adulte. Elle montre que les posologies de 100 ou de 200 mg permettent d’augmenter le nombre de patients sans douleurs dans les 2 heures suivant la prise par rapport à un placebo.

  • Le profil de tolérance montrait une fréquence des évènements indésirables supérieure à celle sous placebo (36% sous 100 mg et 42% sous 200 mg vs 16%) : il s’agissait majoritairement d’évènements légers à modérés, aucun n’ayant entraîné de sortie du protocole. La fréquence des évènements cardiovasculaires était faible (respectivement 0,3-0,5% vs 0,2%).

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Le lasmiditan est un agoniste des récepteurs de la sérotonine 5-HT 1F en cours de développement dans le traitement de la crise de migraine. Il présente l’avantage de ne pas induire de vasoconstriction du fait de sa faible affinité pour les récepteurs  5-HT 1B . Après des données de phase 2B concluantes, les études de phase 3 étaient attendues. Celle présentée ici a intentionnellement inclus des sujets présentant un risque cardiovasculaire.

Méthodologie

  • Cette étude de phase 3 prospective randomisée en double aveugle contre placebo a été menée chez des patients de 18 ans ou plus souffrant de migraine depuis au moins 1 an (apparue avant l’âge de 50 ans) et un score MIDAS (Migraine Disability Assessment) ≥11, avec une moyenne de 3-8 crises mensuelles (

  • Les patients recrutés ont été randomisés (1:1:1) entre un traitement par lasmiditan 100 mg, lasmiditan 200 mg et un placebo. Dans chaque groupe, les patients étaient aussi randomisés selon la nature de la seconde prise lorsqu’elle était nécessaire 2 heures après la première dose : lasmiditan ou placebo dans les deux bras expérimentaux, placebo dans le groupe contrôle. Les participants se voyaient demander de traiter la prochaine crise migraineuse dans les 4 heures suivant son apparition et devaient remplir un agenda électronique en direct pour qualifier la sévérité de leurs symptômes et la tolérance.

Principaux résultats

  • Globalement 1.856 patients ont reçu au moins une dose, et 1.805 ont terminé l’étude. Les caractéristiques des patients à l’inclusion dans les 3 bras étaient équilibrées : 83,6% de femmes, 42 ans en moyenne, 77,9% avec au moins 1 facteur de risque cardiovasculaire. L’ancienneté de la migraine était en moyenne de 19,3 ans (5,1 jours par mois au cours des 3 derniers mois) et 32% de la cohorte présentait une migraine avec aura.

  • Au total, 28,2% de ceux sous lasmiditan 100 mg et 32,2% des patients sous lasmiditan 200 mg ne présentaient plus de douleurs 2 heures après la première dose (critère principal d’évaluation), contre 15,3% sous placebo (p

  • Les symptômes les plus gênants individuellement (critère d’évaluation secondaire, établi selon les nouveaux prérequis de la FDA) étaient également plus souvent soulagés 2 heures après la première prise dans le groupe lasmiditan 100 mg et 200 mg que dans le groupe placebo (40,9% et 40,7% vs 29,5%, p

  • Du point de vue de la tolérance, 36,3% de ceux du groupe 100 mg et 42,7% des patients du groupe 200 mg ont présenté au moins 1 évènement indésirable après la première dose, contre 16,4% du groupe placebo. La plupart étaient d'intensité légère ou modérée et étaient principalement des vertiges, des paresthésies, des nausées, et une somnolence. Aucun effet indésirable grave lié au médicament n'a été signalé et aucun événement indésirable n'a entraîné de sortie d’étude. Les évènements cardiovasculaires étaient rares : ceux considérés comme potentiellement liés au traitement étaient les palpitations (2 et 3 patients sous 100 mg ou 200 mg de lasmiditan) et la bradycardie (1 patient sous 100 mg de lasmiditan).

FInancement

L’étude a été financée et menée par Eli Lilly & Company.