Une étude d’évaluation de la douleur portant sur le tapentadol après une ATG démontre des résultats décevants

  • Rian T & al.
  • Pain
  • 5 août 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de tapentadol à libération prolongée (LP) à un schéma analgésique multimodal après une arthroplastie totale du genou (ATG) n’a permis aucune différence significative dans le soulagement de la douleur, par rapport à l’oxycodone ou à un placebo.  

Pourquoi est-ce important ?

  • Le tapentadol apporte une analgésie par une action combinée sollicitant les récepteurs opioïdes et les récepteurs adrénergiques alpha-2, ce qui pourrait réduire le risque de certains événements indésirables liés aux opioïdes.

Méthodologie

  • Un essai contrôlé, randomisé, prospectif et en double aveugle a été mené.
  • 134 patients faisant l’objet d’une ATG ont reçu un traitement analgésique multimodal par tapentadol (n = 45), oxycodone (n = 46) ou placebo (n = 43) à l’hôpital et à domicile pendant 7 jours après la chirurgie.
  • Financement : Hôpital Saint Olav (St. Olavs Hospital) ; Hôpital universitaire de Trondheim.

Principaux résultats

  • Les scores de douleur à la mobilisation étaient similaires entre les groupes (P = 0,12).
  • Les patients ayant reçu du tapentadol LP ont rapporté une constipation moindre (selon les valeurs à l’échelle d’évaluation), par rapport au placebo et à l’oxycodone (P = 0,02).
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes concernant la douleur au repos, la pire douleur moyenne au cours des dernières 24 heures, l’utilisation de médicaments de secours, les nausées, les étourdissements, la sédation, les céphalées ou la qualité du sommeil.
  • Les patients ayant reçu du tapentadol LP avaient des scores globaux de satisfaction médians plus élevés (échelle à 5 points), par rapport au placebo ou à l’oxycodone (5 contre 4 et 4, respectivement ; P = 0,029).
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes concernant les scores de douleur à huit semaines.

Limites

  • Étude monocentrique.