Une étude avertit que des attaques s’inscrivant dans des tactiques de guerre prennent les ambulances pour cible en Syrie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont imploré le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et la communauté humanitaire internationale « d’en faire davantage pour protéger l’espace sacré de la neutralité médicale pendant les conflits et d’imposer des peines plus sévères aux auteurs de violences dirigées contre les soins de santé en Syrie ». 

Cet appel à agir intervient alors qu’une nouvelle recherche publiée dans la revue BMJ Global Health révèle que les ambulances ont été, de manière intentionnelle et répétée, prises pour cible tout au long du conflit syrien « dans le cadre d’une stratégie de guerre ». 

Les chercheurs ont examiné la littérature portant sur les attaques ciblant les ambulances en Syrie de 2011 à 2018. Ils ont découvert, rien que pour la période allant de 2016 à 2017, que 204 attaques individuelles ayant impliqué 243 ambulances ont été rapportées. Près de la moitié des ambulances ont été fortement endommagées ou mises hors service. D’après la recherche, les principaux responsables des attaques étaient le régime syrien (60 %) et les forces armées russes (29 %). 

Les chercheurs affirment que le fait de prendre pour cible les ambulances « de manière intentionnelle et répétée afin de causer de gros dégâts » a eu un impact dévastateur. « Cet endroit étant le plus dangereux au monde où exercer en tant que professionnel de santé, aucune équipe d’agents de santé ni aucun établissement de santé n’est à l’abri des attaques », ont-ils ajouté. 

Même si la surveillance de telles attaques est difficile, il est nécessaire de s’assurer qu’elles ne se normalisent pas au point de devenir des « tactiques de guerre courantes », ont-ils déclaré.