Une efficacité probable de la thérapie cognitive et comportementale dans les acouphènes

  • Fuller T & al.
  • Cochrane Database Syst Rev
  • 8 janv. 2020

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une revue Cochrane, la thérapie cognitive et comportementale (TCC) pourrait être efficace pour atténuer l’impact négatif des acouphènes sur la qualité de vie par rapport à l’absence d’intervention, aux soins d’audiologie, à la thérapie d’accoutumance ou à d’autres contrôles actifs, mais avec des niveaux de certitude modérés à faibles car les données à 6 et 12 mois sont peu nombreuses.
  • Sur le plan de la sécurité, pas ou peu d’effets indésirables ont été signalés. Mais là aussi le niveau de certitude était faible et les résultats nécessitent d’être confirmés par des travaux complémentaires.

 

La prévalence des acouphènes chez l’adulte se situent entre 10% et 15% et pourrait même aller jusqu’à 21% de la population, 1% à 3% des patients étant impactés de façon sévère. Les TCC sont susceptibles de modifier la réponse émotionnelle et comportementale à l’acouphène. Une revue Cochrane a questionné la littérature pour évaluer l’efficacité de ces thérapies, en termes de qualité de vie liée à la maladie, ainsi que leur sécurité. Elle a sélectionné 28 essais contrôlés randomisés s’étant intéressés à l’intérêt des TCC chez des adultes souffrant d’acouphène depuis plus de 3 mois (n=2.733  au total, âge moyen entre 43 et 70 ans). La plupart d’entre eux avaient été réalisés en Europe. Les participants qui avaient suivi la TCC étaient comparés à des patients témoins qui n’avaient pas bénéficié de l’intervention ou à d’autres types d’intervention (soins auditifs, thérapie d’accoutumance ou autre contrôle actif). Ces évaluation étaient relevées à 6 et à 12 mois chaque fois que cela était possible. L’intervention avait lieu à l’hôpital ou sur Internet.

Un bénéfice probable de la TCC par rapport à l’absence d’intervention

Lorsque la TCC était comparée à l’absence d’intervention, 10 études (537 participants) ont fait apparaître une réduction de l’impact des acouphènes sur la qualité de vie (critère principal), mais avec un faible niveau de certitude selon le système GRADE. Selon les auteurs, cette différence équivaudrait à une réduction moyenne de près de 11 points du score THI (Tinnitus Handicap Inventory, score allant de 0 à 100), la différence minimale cliniquement importante (DMCI) étant atteinte à 7 points. Par ailleurs, les TCC ont eu très peu d’impact sur les effets indésirables.

Des bénéfices retrouvés par rapport aux soins d’audiologie, à la thérapie d’accoutumance ou à d’autres contrôles actifs, mais avec un faible niveau de certitude

Par comparaison aux soins d’audiologie (3 études, 444 participants), un bénéfice probable des TCC sur la qualité de vie a été observé, avec une DM de -5,6 sur le score THI (niveau de certitude modéré), sans qu’aucun effet indésirable n’ait été signalé. Une réduction de l’impact des acouphènes sur la qualité de vie a également été enregistrée lors de la comparaison de la TCC  à la thérapie d’accoutumance (1 étude, 42 participants), avec une différence moyenne observée sur le score THI de -15,8 (faible niveau de certitude). Trois participants ont vu leur état se dégrader au cours de l’étude (1 dans le groupe TCC et 2 dans le groupe thérapie d’accoutumance). D’autres études ont comparé la TCC à différents contrôles actifs comme la relaxation, une simple information ou des forums de discussion. Là encore une réduction de l’impact des acouphènes sur la qualité de vie a été relevée, avec un effet correspondant à une différence moyenne de -5,8 point sur le score THI (faible niveau de certitude). Sur le plan de la sécurité, 3 patients ont vu leur état se dégrader, 1 dans le groupe TCC et 2 dans le groupe simple information.