Une consommation importante de gluten durant l’enfance favorise-t-elle la maladie cœliaque ?

  • Andrén Aronsson C & al.
  • JAMA
  • 13 août 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Chez des enfants à risque de maladie cœliaque, l’augmentation de la consommation  de gluten par rapport aux apports de référence durant les 5 premières années de vie serait associée à une augmentation du risque de maladie cœliaque identifiée par la présence des auto-anticorps spécifiques (anticorps anti-transglutaminase tissulaire TGt) et par la confirmation endoscopique. Ce risque serait augmenté de 6-7% si la consommation de gluten à l’âge de 2 ans dépasse de 1 g les valeurs de référence, ce qui correspond à ½ tranche de pain blanc en plus ou à 150 g de pâtes cuites en plus par jour.

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

Cette étude met en évidence que même une augmentation faible de l’apport en gluten à l’âge de 2 ans augmenterait le risque de maladie cœliaque. Ces chiffres basés sur des analyses post-hoc devront cependant être confirmés par d’autres études.

Méthodologie

Les participants de l’étude observationnelle prospective The Environmental Determinants of Diabetes in the Young (TEDDY) ont été suivis à travers 6 centres de soins en Finlande, Allemagne, Suède et aux États-Unis. Cette étude avait pour vocation d’identifier les facteurs environnementaux associés au diabète de type 1 et à la maladie céliaque. Au total, 8.676 nouveau-nés recrutés entre 2004 et 2010 et porteurs de l’antigène HLA associé au diabète de type 1 et à la maladie cœliaque ont été inclus. Ces sujets ont été suivis jusqu’à leur 15èmeanniversaire. La consommation en gluten était évaluée sur 3 jours consécutifs à l’âge de 6, 9 et 12 mois puis de manière bi-annuelle jusqu’à l’âge de 5 ans. Le critère principal d’évaluation était l’identification d’une maladie cœliaque par la présence d’anticorps anti-TGt lors de 2 prélèvements sériques consécutifs à 3 mois d’intervalle. Ce dosage était initié à la visite des 24 mois puis réalisé annuellement. La maladie cœliaque était confirmée par biopsie.

Principaux résultats

Au total, sur les 6.605 enfants déterminés comme génétiquement à risque de maladie céliaque ont été inclus (49% de filles, suivi moyen 9,0 ans). La consommation en gluten augmentait avec l’âge. Durant le suivi de 5 ans, 18% ont développé des anticorps anti-TGt et 7% une maladie céliaque confirmée. Un pic d’incidence des 2 critères d’évaluation a été notifié entre 2 et 3 ans. 

À l’âge de 3 ans, le risque de présenter une autoimmunité spécifique de la maladie cœliaque et d’avoir une confirmation par biopsie était significativement augmenté de 6,1% et de 7,2% respectivement si la consommation absolue de gluten à l’âge de 2 ans était augmentée d’un gramme/jour par rapport à la valeur moyenne de référence.

Principales limitations

Les mesures de la consommation de gluten des 3 derniers jours sur la base d’auto-questionnaire reste une mesure peu précise.