Une concentration sérique élevée de protéine de liaison à la vitamine D est associée au risque de cancer rénal

  • Kratzer TB & et al.
  • Int J Cancer
  • 29 oct. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients avec une concentration sérique plus élevée de protéine de liaison à la vitamine D (PLD) présentaient un risque accru de carcinome à cellules rénales (CCR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Deux études antérieures ont rapporté des associations inverses entre la PLD et le CCR.
  • D’autres études sont nécessaires pour évaluer les associations entre les différents phénotypes de PLD et le CCR.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cas-témoins emboîtée a été menée dans le cadre de l’Essai sur le dépistage du cancer de la prostate, du cancer des poumons, du cancer colorectal et du cancer de l’ovaire, auprès de 323 patients atteints d’un CCR et d’individus témoins appariés.
  • Seuils définis pour les quartiles de PLD selon la concentration chez les témoins (en µg/ml) : moins de 207 pour le quartile 1 ; de 207 à moins de 257 pour le quartile 2 ; de 257 à moins de 316 pour le quartile 3 ; 316 et plus pour le quartile 4.
  • Financement : Programme de recherche intra-muros du Département d’épidémiologie du cancer et de génétique.

Principaux résultats

  • Les patients dans les quartiles supérieurs de PLD présentaient un risque accru de CCR (quartile 4 contre quartile 1 : rapport de cotes [RC] de 3,9 ; Ptendance 
  • Cette association demeurait inchangée après une correction multivariée (quartile 4 contre quartile 1 : RC de 4,1 ; Ptendance 

Limites

  • Manque d’informations sur le génotype.