Une coalition mondiale appelle à l’amélioration des soins néonataux


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport a mis en évidence la nécessité de transformer les soins de près de 30 millions de nouveau-nés, qui ont besoin de soins spécialisés ou intensifs en hôpital chaque année. 

Le rapport Survivre et prospérer : transformer les soins pour chaque nouveau-né malade ou de petite taille (Survive and Thrive: Transforming care for every small and sick newborn) expose comment 2,5 millions de nouveau-nés sont décédés en 2017, principalement de causes évitables. Le document indique que pour les nourrissons qui nécessitent des soins spécialisés ou intensifs et qui survivent, cette survie se traduit par des maladies et des incapacités évitables qui les affecteront toute leur vie durant. 

Le rapport affirme que la vie de 1,7 million de nouveau-nés pourrait être sauvée chaque année en investissant dans des soins de bonne qualité pour chaque nouveau-né, partout dans le monde, y compris dans les situations de crise humanitaire. Dans le même temps, près de 68 % des décès de nouveau-nés pourraient être évités d’ici 2030 en procédant à des améliorations telles que l’allaitement exclusif, le contact peau à peau, la mise à disposition des médicaments et des équipements essentiels, l’accès à des établissements de santé propres et bien équipés dotés d’agents de santé qualifiés, est-il précisé. 

Le rapport préconise un certain nombre de mesures visant à améliorer les résultats des nourrissons, notamment en dispensant aux nouveau-nés des soins hospitaliers 24 h/24 et 7 j/7, en formant le personnel infirmier à fournir des soins directs en partenariat avec les familles et en consacrant les ressources nécessaires à cet enjeu, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.