Une campagne de vaccination réactive contre la fièvre jaune a été lancée au Nigeria suite à la récente flambée

  • World Health Organization
  • World Health Organization
  • 20 déc. 2018

  • de Priscilla Lynch
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le gouvernement du Nigeria a lancé, avec l’appui de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de ses partenaires, une campagne de vaccination réactive contre la fièvre jaune, laquelle est financée par Gavi, l’Alliance du vaccin.

La campagne, lancée lors de la dernière semaine du mois de décembre, devait être mise en œuvre dans 13 zones de gouvernement local (ZGL) de l’État d’Edo où des cas ont été confirmés. Cette campagne de vaccination est menée en réaction à la flambée de fièvre jaune sans précédent qui a récemment été identifiée dans l’État.

Il était attendu que cette campagne de 7 jours permette de protéger plus de 1,4 million de personnes âgées de 9 mois à 44 ans par l’utilisation d’une partie des 3,1 millions de doses fournies par le Groupe international de coordination (GIC) pour l’approvisionnement en vaccins, financé par Gavi.

Depuis septembre 2018, plus de 95 cas présumés de fièvre jaune ont été identifiés dans 15 ZGL de l’État d’Edo, avec une hausse de l’incidence observée au cours des dernières semaines. Treize des 27 cas déclarés positifs dans les laboratoires nationaux sont décédés.

La riposte à la flambée dans l’État d’Edo s’inscrit dans la stratégie mondiale d’élimination des épidémies de fièvre jaune (Eliminate Yellow Fever Epidemics, EYE) d’ici 2026.

Plus de 32 millions de personnes ont été vaccinées contre la fièvre jaune au Nigeria durant les campagnes de prévention de masse et les ripostes à la flambée depuis septembre 2017, lorsque le premier cas de fièvre jaune avait été détecté dans le pays.