Une association à base de pyrotinib permet d’améliorer la SSP dans le cadre du cancer du sein HER2+

  • Ma F & al.
  • J Clin Oncol
  • 20 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association pyrotinib-capécitabine était supérieure à l’association lapatinib-capécitabine en ce qui concerne le taux de réponse objective (TRO) et la SSP, dans le cadre d’un essai de phase II mené auprès de patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif, qui avaient préalablement reçu un traitement par taxanes, anthracyclines et/ou trastuzumab.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pyrotinib, un inhibiteur irréversible de la tyrosine kinase de HER2, a été conçu pour surmonter la résistance au lapatinib, un inhibiteur réversible.
  • Ces résultats justifient le passage à un essai de phase III.

Protocole de l’étude

  • Un essai randomisé a été mené auprès de 128 patientes affectées pour recevoir du pyrotinib (400 mg/jour) ou du lapatinib (1 250 mg/jour), administré une fois par jour par voie orale, en association avec de la capécitabine (1 000 mg/m2 par voie orale) pendant 1 cycle de 21 jours.
  • Financement : ministère de la Science et de la Technologie, Chine ; autres.

Principaux résultats

  • Le pyrotinib (comparativement au lapatinib) a permis d’obtenir :
    • un TRO plus élevé (78,5 % [IC à 95 % : 68,5–88,5 %], contre 57,1 % [IC à 95 % : 44,9–69,4 %] ; Δ = 21,3 % ; P = 0,01) ;
    • une SSP médiane plus élevée (18,1 mois [IC à 95 % : 13,9 mois–non atteinte], contre 7,0 mois [IC à 95 % : 5,6–9,8 mois] ; rapport de risque corrigé [RRc] : 0,36 ; P 
  • Le pyrotinib était associé à un taux plus élevé des trois événements indésirables de grades 3–4 les plus fréquents :
    • syndrome main-pied (24,6 % contre 20,6 %) ;
    • diarrhée (15,4 % contre 4,8 %) ;
    • diminution de la numération des neutrophiles (9,2 % contre 3,2 %).

Limites

  • Échantillons de petite taille.
  • Aucune revue centralisée du statut de HER2.