Une application pour smartphone détecte la présence d’une anémie à l’aide de photos


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des ingénieurs en biomédecine ont développé une application pour smartphone destinée à la détection non invasive de l’anémie, en se servant uniquement de photos fournies par les patients. L’application estime les taux d’hémoglobine en analysant la couleur et les métadonnées de photos du lit des ongles des mains. 

Les chercheurs ont conduit une évaluation clinique de la technologie sur smartphone, à l’aide d’échantillons de sang et de photos d’ongles des mains prises par smartphone, provenant de 337 patients atteints d’anémie de différentes étiologies ainsi que de sujets en bonne santé. L’algorithme de conversion de la couleur des ongles des mains en taux d’hémoglobine sanguine a été développé à l’aide de 237 de ces sujets. Il a ensuite été testé sur les 100 sujets restants. 

Les chercheurs ont découvert qu’une seule photo prise par smartphone, sans étalonnage personnalisé, pouvait permettre de mesurer le taux d’hémoglobine avec une précision de 2,4 grammes/décilitre et une sensibilité allant jusqu’à 97 % (IC à 95 % : 89–100 %). Un étalonnage personnalisé, testé sur quatre patients au cours d’une période de plusieurs semaines, a permis d’améliorer encore davantage la précision. 

Les développeurs ont affirmé que l’application pourrait faciliter l’autoprise en charge des patients atteints d’une anémie chronique, en leur permettant de surveiller leur maladie et d’identifier les moments où ils doivent ajuster leurs traitements ou recevoir des transfusions, et ainsi de réduire potentiellement les effets secondaires ou les complications liés au fait de recevoir des transfusions trop tôt ou trop tard.

Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications