Une application aide à réduire l’utilisation d’opioïdes après une chirurgie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs rapportent des résultats prometteurs d’une nouvelle étude ayant examiné l’effet d’une nouvelle application pour smartphone concernant l’utilisation d’opioïdes et le contrôle de la douleur chez des patients faisant l’objet d’un remplacement total du genou (RTG). 

L’application, intitulée PainCoach, permet aux patients de saisir leur niveau de douleur. Sur la base de cette information et du nombre de jours écoulés après la chirurgie, l’application fournit des conseils sur l’utilisation de médicaments pour le soulagement de la douleur, l’activité physique ou le repos.

Pour les besoins de l’étude, 71 patients ayant fait l’objet d’un RTG ont été affectés de manière aléatoire à l’utilisation de l’application et aux soins usuels (n = 38) ou aux soins usuels seuls (n = 33), au cours des 2 premières semaines à domicile après la chirurgie. 

L’étude a révélé que, par rapport au groupe témoin, les utilisateurs de l’application PainCoach avaient utilisé environ 23 % moins d’opioïdes et 15 % plus de paracétamol au cours des 2 premières semaines suivant la chirurgie. Plus les participants de l’étude se sont servis de l’application, plus ils étaient susceptibles d’obtenir des scores de douleur plus faibles et d’avoir un usage moindre d’opioïdes. Les utilisateurs réguliers de l’application (n = 19) ont rapporté une réduction quatre fois plus rapide de la douleur à l’effort et une réduction six fois plus rapide de la douleur nocturne. 

« Ce sont là des résultats importants au vu des exigences actuelles qui pèsent sur le système de santé et le mésusage croissant des antidouleurs sur ordonnance dans le monde entier », a déclaré l’auteur de l’étude, le Dr Amar Sheombar de la clinique Kliniek ViaSana aux Pays-­Bas.