Une antibiothérapie précoce prolongée peut avoir un impact négatif sur le microbiome des nourrissons prématurés

  • Gasparrini AJ, et coll.
  • Nature Microbiology
  • 9 sept. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Chez les nourrissons prématurés, l'exposition précoce à long terme aux antibiotiques semble favoriser l'apparition de bactéries multirésistantes dans le microbiote bactérien, selon une nouvelle étude parue dans Nature Microbiology.

Des chercheurs ont utilisé des techniques complémentaires de métagénomique, de mise en culture et d'apprentissage automatique pour étudier le microbiote et le résistome intestinaux des nourrissons prématurés exposés aux antibiotiques pendant et après une hospitalisation.

Des échantillons de selles provenant de 32 nourrissons grands prématurés ayant reçu un traitement antibiotique pendant 21 mois, de neuf nourrissons grands prématurés ayant reçu des antibiotiques pendant moins d'une semaine lorsqu'ils étaient nouveau-nés uniquement ainsi que de 17 nourrissons nés à terme et faiblement prématurés vierges de tout traitement antibiotique ont été analysés.

Les chercheurs ont découvert un enrichissement systématique du résistome antibiotique gastro-intestinal, un portage prolongé d'Enterobacteriaceae multirésistantes et des profils distincts, déterminés par l'antibiotique, de l'ensemble microbiote et résistome chez les nourrissons extrêmement prématurés ayant reçu des antibiotiques à long terme en début de vie.

De plus, le génome des nourrissons prématurés fortement exposés aux antibiotiques contenait des gènes de résistance à des antibiotiques qui ne sont généralement pas administrés aux nouveau-nés, tels que la ciprofloxacine et le chloramphénicol.

Les résultats soulignent la nécessité d'alternatives au traitement antimicrobien à large spectre pour la prise en charge des infections dans les unités de soins intensifs néonatals (UNSI) et de recherches complémentaires, selon les auteurs de l'étude.

« Cela nécessite non seulement des lignes de conduite thérapeutique, telles que des traitements par antibiotiques à spectre étroit et probiotiques, mais aussi un diagnostic plus précis et plus rapide pour limiter le recours à des traitements antibiotiques inutiles », ont déclaré les auteurs.