Une analyse combinée rejette le lien entre les transfusions sanguines et le LNH

  • Cerhan JR & al.
  • Cancer Causes Control
  • 4 juin 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse combinée à grande échelle examinant un lien entre des antécédents de transfusion sanguine et un risque de lymphome non hodgkinien (LNH) a produit des résultats mitigés et conclu à l’absence de lien aussi significatif.

Pourquoi est-ce important ?

Protocole de l’étude

  • Une analyse combinée visant à examiner un lien entre la transfusion sanguine et le risque de LNH a été effectuée à partir de 13 études cas-témoins réalisées par le Consortium InterLymph.
  • La population combinée comprenait 10 805 cas de LNH et 14 026 témoins.
  • Financement : Étude de la Colombie-Britannique : Instituts de recherche en santé du Canada, Société canadienne du cancer et Fondation Michael-Smith pour la recherche en santé (Michael Smith Foundation for Health Research).

Principaux résultats

  • Association inverse entre les antécédents de transfusion et le risque de LNH chez les hommes (RC : 0,75 ; IC à 95 % : 0,67–0,84), mais pas chez les femmes (RC : 0,94 ; IC à 95 % : 0,85–1,04) ; la différence était statistiquement significative (P = 0,014), principalement due à des patients à la peau blanche d’origine ethnique non hispanique, et n’a pas été observée dans les autres groupes raciaux/ethniques.
  • L’association variait selon le protocole de l’étude en termes d’estimation du risque chez les hommes et les femmes, et dans les études populationnelles et menées en milieu hospitalier.
  • Aucune tendance n’a été observée quant au nombre de transfusions, au temps écoulé depuis la première transfusion, à l’âge lors de la première transfusion, ou à la décennie de la première transfusion ; les résultats n’ont pas été altérés par d’autres corrections pour tenir compte du statut socio-économique, de l’indice de masse corporelle (IMC), des habitudes tabagiques, de la consommation d’alcool et du statut VHC+.

Limites

  • Données rétrospectives.