Une alimentation pro-inflammatoire est associée au risque de cancer colorectal


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Nutrients suggère un lien entre l’alimentation pro-inflammatoire (par ex., les glucides raffinés, le glutamate monosodique, le gluten, l’aspartame, l’alcool et les acides gras trans) et le risque de cancer du côlon.

Dans cette étude cas-témoin multicentrique populationnelle, des chercheurs en Espagne ont calculé l’indice inflammatoire alimentaire corrigé en fonction de l’apport énergétique (Energy-adjusted Dietary Inflammatory Index, E-DII) et la capacité antioxydante non enzymatique (Non-Enzymatic Antioxidant Capacity, NEAC) alimentaire totale chez 1 852 cas de cancer colorectal et 1 486 cas de cancer du sein, ainsi que chez 3 447 et 1 652 témoins issus de la population, respectivement.

L’analyse des données a révélé que l’E-DII était associé à un risque accru de cancer colorectal (rapport de cotes [RC] du quartile supérieur, par rapport au quartile inférieur : 1,93 ; IC à 95 % : 1,60–2,32 ; Ptendancetendance> 0,10).

La combinaison de scores E-DII élevés et de faibles valeurs antioxydantes a été associée à un risque de cancer colorectal (RC du quartile supérieur, par rapport au quartile inférieur : 1,48 ; IC à 95 % : 1,26–1,74 ; Ptendance

Selon la conclusion des auteurs, les résultats indiquent qu’une alimentation pro-inflammatoire est associée à un risque accru de cancer colorectal, tandis que les résultats concernant le cancer du sein sont moins concluants.