Une activité physique de 30 minutes pourrait réduire le risque d’hémorragie sous-arachnoïdienne


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même 30 minutes d’une activité physique légère par semaine pourraient contribuer à protéger contre l’hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA). C’est ce que suggèrent les résultats d’une nouvelle étude de cohorte populationnelle à long terme publiée dans la revue Scientific Reports

L’étude a examiné les effets de différents types d’activité physique sur le risque de HSA dans une cohorte de 65 521 Finlandais issus de l’enquête de population FINRISK, menée entre 1972 et 2014. Dans l’ensemble, 543 cas de HSA ont été détectés. 

L’étude a révélé que chaque augmentation de 30 minutes par semaine de l’activité physique pratiquée durant les temps de loisirs (APTL) réduisait le risque de HSA de façon linéaire chez les hommes et les femmes (rapport de risque [RR] : 0,95 ; IC à 95 % : 0,90–1,00). L’association protectrice de l’APTL était plus forte chez les ex-fumeurs et les fumeurs.

Les niveaux d’activité physique liée aux navettes domicile-travail (APN) ont également réduit le risque de HSA, mais cette association a diminué lorsque les participants ont pris leur retraite. Les auteurs ont noté que le risque de HSA associé au tabagisme a diminué chez les travailleurs faisant la navette domicile-travail de manière active, par rapport au groupe de faible APN. 

À l’inverse, l’étude a révélé que les participants présentant des niveaux d’activité physique professionnelle (APP) modérés ou élevés avaient quant à eux un risque de HSA élevé. 

« Accroître l’activité physique liée aux navettes domicile-travail et l’activité physique pratiquée durant les temps de loisirs pourrait être une nouvelle méthode de prévention non invasive pour réduire le risque de rupture des anévrismes intracrâniens. Des études interventionnelles sont cependant nécessaires pour confirmer ce point », ont conclu les auteurs.