Un vaccin pour prévenir l’allergie aux chats ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • Dans 90% des cas, les sujets allergiques aux chats sont sensibilisés à la protéine Fel-d-1 produite par l’animal
  • Des chercheurs suisses ont mis au point un vaccin destiné à être injecté aux chats afin qu’ils produisent des anticorps anti-Fel-d-1 et deviennent ainsi moins allergisants pour les humains
  • Les études chez l’animal ont été concluantes : il reste à mettre en place des études cliniques pour confronter les chats vaccinés à des sujets allergiques…

Plusieurs allergènes ont été identifiés chez le chat mais on estime que, dans la grande majorité des cas (environ 90%), les personnes allergiques à ces félins sont sensibilisés à une protéine appelée Fel-d-1. Celle-ci est sécrétée par l’animal, notamment dans sa salive et ses larmes, puis répandue sur son pelage lorsqu’il se lèche. Si une personne allergique se trouve en contact avec des poils de chat porteurs de la protéine Fel-d-1, cela déclenche des symptômes de type éternuements, yeux rouges, asthme….

Pour remédier à ces allergies, des chercheurs suisses ont eu l’idée, non pas de traiter les patients allergiques, mais les chats afin qu’ils ne soient plus porteurs de l’allergène. Pour cela, ils ont mis au point un vaccin qui induit chez l’animal la fabrication d’anticorps contre la Fel-d-1 : ces anticorps se lient à l’allergène et le neutralisent.

Au total, 54 chats ont reçu chacun 3 injections de ce vaccin à différents dosages. Ils ont tous développé des anticorps anti-Fel-d-1 et la quantité d’allergènes présents chez l’animal a diminué. De plus, le vaccin semble avoir été bien toléré par les félins.

Il reste maintenant à mettre en place des essais cliniques en confrontant les chats vaccinés à des personnes allergiques afin de vérifier si la réduction de l’allergène (qui n’est pas une suppression totale) est suffisante pour ne pas déclencher l’allergie.

Il faut tout de même noter que si la protéine Fel-d-1 est l’allergène principal chez le chat, il en existe d’autres qui ne sont pas bloqués par ce vaccin. Il ne sera donc pas efficace pour tous les patients. Par ailleurs, ce vaccin pourra peut-être permettre à des sujets allergiques d’avoir un chat domestique en le faisant traiter, mais dès qu’ils seront en contact avec d’autres chats non vaccinés leurs symptômes réapparaîtront. Traiter l’animal plutôt que l’humain n’est peut-être pas la solution idéale mais ce vaccin représente une avancée qui mérite d’être suivie…