Un vaccin contre l’héroïne va entrer en phase d’essais cliniques


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’armée américaine et l’Institut national américain sur l’abus de drogues (National Institute on Drug Abuse, NIDA) ont uni leurs forces pour développer un vaccin révolutionnaire contre l’héroïne qui pourrait servir à bloquer les effets addictifs des opiacés. Des fonds ont été accordés par les Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health) pour faire avancer le traitement expérimental au stade des essais cliniques.

Le vaccin a été co-développé par des chercheurs du Programme de recherche de l’armée américaine sur le VIH (Military HIV Research Program, MHRP) et le NIDA. Dans le cadre d’études précliniques, le vaccin a induit des anticorps ayant empêché l’héroïne de traverser la barrière hémato-encéphalique pendant une période allant jusqu’à trois mois. En empêchant l’héroïne de se lier aux récepteurs des opiacés, le vaccin vise à bloquer l’euphorie et les effets addictifs de l’héroïne et d’autres opiacés dont le mésusage est courant.

Le Dr Gary Matyas, responsable des adjuvants et des formulations pour le MHRP a déclaré : « Notre but est de développer un vaccin sûr et efficace qui pourrait servir de traitement supplémentaire aux personnes ayant un trouble de consommation lié à l’héroïne. En bloquant les effets de l’héroïne dans le cerveau, nous espérons donner aux personnes une opportunité de surmonter leur addiction. »

Ce nouveau financement permettra la production pilote du vaccin candidat et la conduite de tests préliminaires de la sécurité d’emploi. En cas de succès, le vaccin devrait entrer en phase d’essai clinique chez l’être humain en 2020.