Un traitement par brentuximab et AVD permet d’obtenir une excellente réponse dans le cadre du LHc non volumineux précoce

  • Abramson JS & al.
  • Blood
  • 11 juin 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un schéma thérapeutique sans bléomycine ni radiothérapie, à base de brentuximab védotine, d’adriamycine, de vinblastine et de dacarbazine (brentuximab-AVD), a permis d’obtenir un taux de meilleure réponse complète (RC) de 100 % chez des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin classique (LHc) non préalablement traité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement par ABVD avec/sans radiothérapie est le traitement de référence pour le LHc de stade limité, mais il est associé à une toxicité pulmonaire et à des effets tardifs des rayonnements.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée afin d’évaluer le schéma brentuximab-AVD chez 34 patients atteints d’un LHc non volumineux de stade I–II non préalablement traité.
  • Les patients ont reçu une monothérapie initiale de brentuximab védotine pendant 28 jours, suivie d’une TEP/TDM de réévaluation du stade, puis de 4 ou 6 cycles du schéma AVD selon la réponse intermédiaire identifiée à la TEP/TDM.
  • L’âge médian des patients était de 36 ans (intervalle : 20–75).
  • Financement : Seattle Genetics, Inc.

Principaux résultats

  • La TEP intermédiaire était négative chez 91 % des patients, qui ont reçu 4 cycles de chimiothérapie.
  • Les meilleures réponses ont été observées à la fin du cycle 2 :
    • Le taux de RC était de 97,1 % (IC à 95 % : 84,7–99,9 %) ; 1 patient restant n’était pas évaluable.
  • Le taux de survie sans échec (SSE) à 3 ans était de 97 % (IC à 95 % : 80–100 %).
  • Le taux de SSP à 3 ans était de 94 % (IC à 95 % : 78–98 %).
  • Le taux SG était de 97 % (IC à 95 % : 81–100 %).
  • Les toxicités de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquentes comprenaient la neutropénie (62 %), la neutropénie fébrile (35 %) et la neuropathie périphérique sensitive (24 %) ; ce schéma thérapeutique n’est donc pas adapté à certains patients de stade précoce.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.