Un traitement néoadjuvant par dabrafénib/tramétinib est associé à un bénéfice dans le cadre du mélanome de stade III

  • Lancet Oncol

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans un essai de phase II mené en ouvert (NeoCombi), un traitement néoadjuvant par dabrafénib et tramétinib était associé à un taux de réponse de 86 %, d’après les critères d’évaluation de la réponse dans les tumeurs solides (Response Evaluation Criteria in Solid Tumors, RECIST), chez les patients atteints d’un mélanome de stade IIIB–C, résécable, avec mutation de BRAF.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il a été démontré qu’un traitement adjuvant par dabrafénib et tramétinib permet d’améliorer la survie sans rechute chez les patients atteints d’un mélanome de stade III réséqué ; cette étude vient appuyer l’utilisation de ce traitement en contexte néoadjuvant.

Principaux résultats

  • 86 % des patients ont obtenu une réponse après 12 semaines, selon les critères RECIST.
    • 46 % des patients ont obtenu une réponse complète.
    • 40 % des patients ont obtenu une réponse partielle.
    • 14 % des patients ont obtenu une maladie stable.
    • Aucun patient n’a présenté de progression.
  • 100 % des patients ont présenté une réponse pathologique après 12 semaines.
    • 49 % des patients ont obtenu une réponse complète pathologique.
    • 51 % des patients ont obtenu une réponse non complète pathologique.
  • À la date limite de collecte des données, 57 % des patients avaient présenté une récidive :
    • 40 % au cours de la première année.
    • 60 % après la première année.
  • 17 % des patients ont présenté des événements indésirables graves liés au traitement.
  • 29 % des patients ont présenté des événements indésirables de grades 3–4.

Protocole de l’étude

  • 35 patients atteints d’un mélanome de stade IIIB–C, résécable, avec mutation BRAF-V600E, ont reçu un traitement néoadjuvant par dabrafénib/tramétinib pendant 12 semaines, puis ont fait l’objet d’une résection.
  • Financement : GlaxoSmithKline ; Novartis ; Conseil national pour la recherche médicale et en santé (National Health and Medical Research Council), Australie ; Institut australien de recherche sur le mélanome (Melanoma Institute Australia).

Limites

  • Conception d’étude ouverte et à bras unique.
  • Échantillon de petite taille.