Un traitement de première intention par pembrolizumab et chimiothérapie est le plus adapté dans le cadre du CBNPC avancé

  • Yu Y & al.
  • JAMA Netw Open
  • 3 juil. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les immunothérapies, y compris les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI), les vaccins tumoraux et l’immunothérapie cellulaire, étaient associées à une amélioration de la SG et de la SSP, comparativement au traitement conventionnel, dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association pembrolizumab et chimiothérapie à base de platine était le schéma à base d’IPCI le plus efficace et doit être utilisée comme traitement de première intention. L’expression de PD-L1 et la charge mutationnelle tumorale (CMT) doivent être utilisées comme des facteurs prédictifs de la survie et du taux de réponse objective (TRO).

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 31 essais cliniques randomisés portant sur l’immunothérapie dans le cadre du CBNPC avancé auprès de 14 395 patients et une analyse individuelle de 1 833 patients a été menée à l’échelle des patients.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • Comparativement au traitement conventionnel, l’immunothérapie était associée à une amélioration significative de la SG (rapport de risque instantané [RRI] : 0,76 ; P 
  • L’immunothérapie a permis d’obtenir un TRO plus élevé que le traitement conventionnel (risque relatif [RR] : 1,33 ; P 
  • En traitement de première intention, l’association pembrolizumab et chimiothérapie à base de platine était supérieure à d’autres schémas thérapeutiques à base d’IPCI.
  • La CMT et l’expression de PD-L1 étaient plus performantes pour prédire la SSP, le TRO ou le bénéfice clinique durable (BCD) que la CMT ou l’expression de PD-L1 seules (SSP à un an : aire sous la courbe [ASC] de 0,829 ; SSP à trois ans : ASC de 0,839 ; TRO : ASC de 0,803 ; BCD : ASC de 0,740).

Limites

  • Données limitées pour certaines analyses des sous-groupes.