Un traitement de première intention par osimertinib améliore la SG dans le cadre du CBNPC avec mutation de l’EGFR

  • Ramalingam SS & al.
  • N Engl J Med
  • 21 nov. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’osimertinib a permis d’obtenir une survie globale (SG) plus longue que des inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) comparables, chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) localement avancé ou métastatique non traité.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats obtenus précédemment dans le cadre de cet essai indiquaient une survie sans progression (SSP) plus longue avec l’osimertinib, mais les données de SG matures n’avaient pas encore été rapportées.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III randomisé FLAURA a été mené en double aveugle.
  • 556 patients atteints d’un CBNPC non traité, localement avancé ou métastatique et avec mutation de l’EGFR, ont reçu un traitement de première intention par osimertinib (n = 279) ou un ITK comparable (n = 277).
  • La durée de suivi médiane était de 35,8 mois dans le groupe osimertinib et de 27,0 mois dans le groupe comparateur.
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • La SG médiane était significativement plus longue avec l’osimertinib (38,6 mois contre 31,8 mois ; rapport de risque [RR] de décès : 0,80 ; P = 0,046).
  • Les patients du groupe osimertinib étaient plus susceptibles de poursuivre le traitement à 12 mois (70 % contre 47 %), à 24 mois (42 % contre 16 %) et à 36 mois (28 % contre 9 %).
  • L’augmentation de la SG observée avec l’osimertinib était cohérente dans la plupart des sous-groupes, et elle était la plus importante chez les patients d’origine ethnique non asiatique (RR de décès : 0,54 ; IC à 95 % : 0,38–0,77) et chez les patients présentant une délétion de l’exon 19 (RR de décès : 0,68 ; IC à 95 % : 0,51–0,90).
  • 31 % des patients du groupe comparateur ont arrêté le traitement et commencé un traitement par osimertinib.
  • L’incidence d’événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 était similaire entre les groupes.

Limites

  • Aucune limite indiquée.