Un traitement de première intention par ibrutinib et rituximab se montre supérieur à l’immunochimiothérapie dans le cadre de la LLC

  • Shanafelt TD & al.
  • N Engl J Med
  • 1 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients âgés de 70 ans ou moins atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) non préalablement traitée, un schéma thérapeutique à base d’ibrutinib et de rituximab a obtenu des résultats de survie supérieurs, comparativement à une immunochimiothérapie standard à base de fludarabine, de cyclophosphamide et de rituximab (FCR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le schéma FCR est l’approche de première intention standard dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase III a été menée afin de comparer 1 cycle d’ibrutinib suivi de 6 cycles d’ibrutinib et de rituximab, puis un traitement par ibrutinib jusqu’à la progression de la maladie (n = 354), à 6 cycles d’immunochimiothérapie par FCR (n = 175), chez 529 patients de 70 ans ou moins atteints d’une LLC non préalablement traitée.
  • Financement : Institut national américain du cancer des Instituts nationaux américains de la santé (National Cancer Institute of the National Institutes of Health) ; Pharmacyclics.

Principaux résultats

  • Le taux de SSP à 3 ans était de 89,4 % (IC à 95 % : 86,0–93,0 %) avec l’association ibrutinib et rituximab, contre 72,9 % (IC à 95 % : 65,3–81,3 %) avec l’immunochimiothérapie.
    • Le rapport de risque [RR] pour la progression ou le décès était de 0,35 (IC à 95 % : 0,22–0,56 ; P 
  • Le taux de SG à 3 ans était de 98,8 % (IC à 95 % : 97,6–100 %) avec l’association ibrutinib et rituximab, contre 91,5 % (IC à 95 % : 86,2–97,0 %) avec l’immunochimiothérapie.
    • Le RR pour le décès était de 0,17 (IC à 95 % : 0,05–0,54 ; P 
  • 80,1 % des patients recevant l’association ibrutinib et rituximab ont présenté un événement indésirable de grade supérieur ou égal à 3, contre 79,7 % des patients sous immunochimiothérapie.

Limites

  • Les résultats de SG s’appuyaient sur un nombre limité d’événements.