Un test sanguin détecte les lésions dues à une commotion ou une sous-commotion chez les enfants et les adultes


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’une des plus grandes études en son genre a révélé que les niveaux de deux biomarqueurs pourraient être en mesure de détecter les lésions cérébrales dues à une sous-commotion.

L’étude, publiée dans la revue BMJ Paediatrics Open, a examiné 1 904 échantillons sanguins provenant de 712 patients adultes et pédiatriques ayant subi un traumatisme, présentant ou non un traumatisme crânien, et dont l’état mental était normal dans les 4 heures ayant suivi la lésion.

Les données ont révélé que dans les quatre heures suivant la lésion, des augmentations progressives des niveaux de la protéine acide fibrillaire gliale (Glial Fibrillary Acidic Protein, GFAP) et de l’ubiquitine C-terminale hydrolase (UCH-L1) ont été observées, avec les augmentations les plus faibles pour les traumatismes corporels sans commotion, de légères augmentations pour les traumatismes crâniens sans commotion et les niveaux les plus élevés observés chez les patients ayant subi une commotion.

Chez les patients ayant subi une commotion, les concentrations de GFAP étaient significativement plus élevées que celles des témoins ayant subi un traumatisme corporel et des témoins ayant subi un traumatisme crânien (P 

Cependant, pour l’UCH-L1, aucune différence significative n’a été observée entre les patients ayant subi une commotion et les témoins ayant subi un traumatisme crânien (P = 0,894) et entre les témoins ayant subi un traumatisme corporel et les témoins ayant subi un traumatisme crânien chez les enfants.

L’aire sous la courbe (ASC) des niveaux initiaux de GFAP pour détecter la commotion était de 0,80 chez les enfants et de 0,76 chez les adultes. Ce résultat était significativement différent de l’UCH-L1, avec des ASC de 0,62 et 0,69, respectivement.

Plusieurs entreprises travaillent désormais à développer des appareils sur le lieu de soins pouvant être utilisés pour détecter les lésions dues à des sous-commotions dans des cadres variés.