Un sous-groupe de cancers colorectaux répond au traitement anti-EGFR


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon une recherche menée par le Centre d’oncologie Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center) à New-York, il convient d’envisager un traitement par anticorps anti-EGFR chez les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) avec mutation BRAF de classe 3.

L’analyse combinée multicentrique a inclus des patients atteints d’un CCR métastatique (CCRm) avec mutation BRAF non V600, identifiés entre 2010 et 2017. Les mutations ont été divisées en classes fonctionnelles : mutation activatrice et indépendante de RAS (classe 2) ou mutation à activité kinase altérée et dépendante de RAS (classe 3).

Au total, 12 patients (30 %) présentant des mutations de classe 2 et 28 patients présentant des mutations de classe 3 (70 %) ont reçu un traitement par anticorps anti-EGFR. Aucune différence significative dans les caractéristiques cliniques n’a été observée en fonction de la classe de la mutation.

Cependant, même si 1 seul des 12 patients atteints d’un CCRm avec mutation BRAF de classe 2 a répondu au traitement anti-EGFR, 14 des 28 patients atteints d’un CCRm avec mutation BRAF de classe 3 ont répondu (taux de réponse : 8 % et 50 %, respectivement ; P = 0,02). Dans le cadre d’un traitement de première ou de deuxième intention, 1 patient sur 6 (17 %) présentant une mutation BRAF de classe 2 et 7 patients sur 9 (78 %) présentant une mutation BRAF de classe 3 ont répondu (P = 0,04). Dans le cadre d’un traitement de troisième intention ou plus, aucun des 6 patients présentant une mutation BRAF de classe 2 n’a répondu et 7 des 19 patients (37 %) présentant une mutation BRAF de classe 3 ont répondu (P = 0,14).

Les auteurs ont conclu qu’un traitement par anticorps anti-EGFR devait être envisagé chez les patients atteints d’un CCR avec mutation BRAF de classe 3.