Un schéma à base de carfilzomib s’avère efficace dans le cadre du myélome multiple nouvellement diagnostiqué éligible à une greffe

  • Wester R & al.
  • Haematologica
  • 4 avr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement d’induction et de consolidation par carfilzomib, thalidomide et dexaméthasone à faible dose (KTd) est efficace et associé à une toxicité gérable chez les patients éligibles à une greffe atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué (MMND).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le carfilzomib est actuellement autorisé dans le traitement du myélome multiple en rechute et/ou réfractaire.
  • Il s’agit de la première étude à évaluer un traitement d’induction et de consolidation par KTd dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II Carthadex a été menée afin d’évaluer un traitement d’induction et de consolidation par KTd chez 111 patients éligibles à une greffe et atteints d’un MMND.
  • Le traitement d’induction était suivi de melphalan à dose élevée et d’une autogreffe de cellules souches.
  • Quatre doses ont été évaluées ; les résultats globaux sont résumés.
  • Financement : Onyx Pharmaceuticals, Inc.   

Principaux résultats

  • Réponses après le traitement d’induction :
    • Taux de réponse globale (TRG) de 93 %.
    • Taux de très bonne réponse partielle (TBRP) ou mieux de 65 %.
    • Taux de réponse complète (RC) ou mieux de 18 %.
  • Réponses après le traitement de consolidation :
    • TRG de 94 %.
    • Taux de TBRP ou mieux de 86 %.
    • Taux de RC ou mieux de 63 %.
  • SG médiane de 83 mois (IC à 95 % : 83–non atteinte [NA]).
  • SSP médiane de 58 mois (IC à 95 % : 45–67).
  • Aucune association n’a été identifiée entre le niveau de dose/le statut de risque et la SG.
  • 10 % des patients ont présenté des toxicités hématologiques de grades 3–4.
  • Les toxicités non hématologiques de grades 3–4 les plus fréquentes étaient les suivantes :
    • Infections : 11 %.
    • Affections respiratoires : 8 %.
    • Affections cutanées : 9 %.
    • Affections vasculaires : 9 %.

Limites

  • Étude menée en ouvert.